09Nov

Photo par Road Trip with Raj sur Unsplash

Quel boulet ce boulot!

Ceux qui ont trouvé ce qui les passionne dans la vie et qui ont réussi à en faire leur métier auront toujours l’avantage de ne pas attendre les vacances pour se sentir vivre.

Si vous êtes parmi les 41% de Québécois qui, durant cette pandémie, ont réalisé que leur emploi ne leur convenait pas réellement, mettez-vous en mode de recherche active et de préparer vos outils. Votre CV a peut-être besoin d’être rafraîchi ou amélioré et c’est par là qu’il faut commencer. Si vous avez l’impression que votre document clé ne vous met pas en valeur et ne vous rend presque jamais jusqu’à l’entrevue, faites-vous confiance et soumettez-le à un expert.

Le travail, quelle galère!

Un travail qui n’est qu’un travail et qui ne demande aucune créativité peut éventuellement devenir un boulet. On parle ici d’un travail qui ne nourrit pas l’esprit et qui ne présente aucun défi réel. Oui, c’est rassurant, c’est le coussin financier qui permet de reposer sa tête et de ne pas s’en faire avec les finances. C’est également une stabilité et une structure de vie qui peut avoir certains avantages. Tout va bien si vous acceptez cette situation avec sérénité et que vos activités extérieures au travail vous comblent. Tout va moins bien lorsque le travail est monotone, non créatif et que vos loisirs sont restreints. Comment se motiver alors pour rentrer au travail le lundi après un week-end d’obligations et de temps morts sans activités enrichissantes et vivifiantes ?

L’instinct ne trompe pas!

À moins de vous mentir à vous-même, vous savez ce qui vous convient pour un temps et ce qui ne vous conviendra pas à long terme.

Vous pouvez être très proactifs quand vous sentez que votre travail ne vous comble pas. L’un d’entre eux est de faire appel à un coach en gestion et en transition de carrière pour explorer les options et les possibilités qui s’offrent à vous. Des tests sont souvent utiles pour aiguiller davantage une personne en grand questionnement. Le pas à franchir est de vous avouer à vous-même qu’un changement s’impose et de vous pousser à agir. Pour certains, un élément déclencheur fera en sorte que le processus démarrera. Pour beaucoup de mes clients, la période de la quarantaine est souvent une période clé pour ces questionnements. Pour d’autres, il s’agira de circonstances hors de leur contrôle, tels une mise à pied, une restructuration ou encore un temps d’arrêt forcé par la maladie ou une crise comme celle que nous vivons actuellement. Qu’importe la manière, il sera bénéfique de faire le ménage dans sa tête, soit pour opérer un changement ou pour se rassurer que votre chemin est le bon.

La vie est trop courte

On travaille en moyenne de l’âge de 18 ans jusqu’à 65 ans et on est responsable de son bien-être et de son bonheur. Vous savez ce que vous êtes capable de confronter. Votre situation familiale et vos responsabilités envers les autres vous obligent souvent à faire certains choix. Par contre, chercher à mieux se connaître et manœuvrer un changement de vie tout en douceur s’avère bénéfique sous beaucoup d’aspects : la santé mentale, physique, le moral, la vision du futur à court et à long terme, etc.

Il faut vous souvenir que les choix sont à faire et que si vous ne les faites pas, la vie se chargera de vous le rappeler.

Marie-Andrée Robichaud est propriétaire de CV de Qualité, une entreprise spécialisée en création et en amélioration de CV. Ayant toujours aimé écrire et améliorer sa culture générale, elle a su développer également des compétences en rédaction de documents éducatifs et en sous-titrage pour les malentendants. Extrêmement connectée à la musique et aux arts visuels, elle en tire beaucoup d’inspiration et d’énergie créative.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *