17Août

10 choses à faire avant de se présenter à une entrevue

Photo de Scott Graham sur Unsplash


10 choses à faire avant de se présenter en entrevue

Allez! C’est parti!

1. Un CV bien écrit, bien structuré et qui vous représente à 100 %

En effet, il faut non seulement l’avoir fait parvenir à l’intervieweur, il faut également l’avoir en main, juste au cas. Il est important de le connaître sur le bout de ses doigts. Le langage que vous emploierez en entrevue devra ressembler à celui utilisé dans le CV.

2. Avoir fait ses recherches sur la compagnie chez laquelle on postule et connaître le poste et ses fonctions pour pouvoir exprimer que c’est vous qu’il leur faut.

Les employeurs sont toujours intrigués par les gens qui ont fait leurs recherches et qui semblent savoir dans quel type de compagnie ils désirent se faire engager. Connaître les valeurs, les engagements, les stratégies, les objectifs, etc. C’est comme un compliment que l’on fait à la compagnie en ne la considérant pas comme une parmi tant d’autres. Connaître le poste et établir des liens entre vos compétences et celles requises pour l’emploi est l’équivalent de compter un but chaque fois que vous y parvenez.

3. Une préparation d’entrevue avec un coach

La pratique rend moins nerveux et réduit la panique à presque zéro face aux questions inattendues ou difficiles. On peut s’imaginer le déroulement d’une entrevue, mais on se voit rarement tel qu’on est. Un coaching d’entrevue est payant, car il permet d’éliminer ou presque les incertitudes. C’est souvent le facteur déterminant du succès d’une entrevue. Le coach peut vous aider à faire ressortir ce qui vous distingue et qui vous rendra mémorable par rapport à d’autres candidats. Il peut aussi vous aider à préparer des réponses supplémentaires pour élaborer lorsque l’intervieweur voudra plus de détails sur certains sujets.

4. Accepter qu’il faudra parler de soi et qu’on le fera avec le plus d’ouverture possible

Oui, il faudra parler de soi, mais avec mesure. Encore une fois, le coaching d’entrevue peut aider à placer les frontières là où elles doivent être. Certains devront s’exercer à s’ouvrir davantage, alors que d’autres devront garder certains détails superflus pour eux.

5. Être reposé rend plus attentif

Un esprit vif vous fera répondre de manière plus concise et vous ne chercherez pas vos mots pour exprimer votre pensée si vous avez dormi suffisamment. La vie est pleine d’imprévu, mais prenez le contrôle et décidez ce qui est important pour votre futur.

6. Apprendre à se calmer par la respiration

Pour calmer un corps et un esprit, le réel contrôle de la respiration est un atout majeur. Il vaut la peine de lire sur le sujet et de se pratiquer.

7. Connaître le chemin pour se rendre à l’entrevue et le temps que cela prendra pour y arriver.

Rien n’est pire pour ajouter au stress que de se perdre ou de chercher son chemin quand on doit être à l’heure. Il faut partir à point et prévoir l’imprévu, quitte à arriver trop tôt et devoir aller attendre dans un resto non loin du lieu d’entrevue.

8. Prévoir ce que l’on portera et sa coiffure, son maquillage, etc.

Oui, l’apparence joue un rôle dans la première impression. Prévoir son look d’entrevue n’est pas un crime, c’est une obligation. Vous avez 6 secondes en entrant dans le bureau pour faire une première impression. Des Vêtements repassés, sans taches, des souliers propres, une coiffure en place, une barbe faite ou entretenue pour les hommes, un maquillage, même minime pour les femmes. Pas d’excès de bijoux et pas de parfum. J’insiste sur les chaussures qui sont souvent révélatrices du soin qu’apporte une personne à tout ce qu’elle fait en général.

9. Éviter de boire ou de manger certains aliments (trop de café, de l’ail, du fromage, etc.)

Tout ce qui fait réagir le corps et nous distrait de l’entrevue est à éviter la journée même. Trop de café peut nous rendre fébriles, les boissons gazeuses ont des effets indésirables sur l’estomac et certains aliments nous rendent conscients de notre haleine. Évidemment, pas de gomme à mâcher ni de bonbon en présence de l’intervieweur.

10. Se souvenir qu’on parlera à un humain et que la vie ne s’arrête pas après une entrevue.

Demain viendra inexorablement après aujourd’hui. Vous devez pouvoir accepter que l’emploi soit à vous ou qu’il ne le soit pas et être en paix avec ce concept. Si vous avez mis toutes les chances de votre côté et que l’emploi vous échappe, c’est qu’autre chose vous attend. N’y pensez plus ! Si vous obtenez l’emploi, soyez certain que vous le voulez vraiment. Se faire offrir un poste et le prendre, faute de mieux, ne vous rendra pas heureux et serein à long terme.

Voici les 50 questions les plus posées en entrevue. Auriez-vous une réponse pour chacune d’entre elles ? Si ce n’est pas le cas, vous pourriez être pris au dépourvu.

  1. Quelles sont vos forces ?
  2. Quelles sont vos faiblesses ?
  3. Pourquoi aimeriez-vous travailler pour nous ?
  4. Où vous voyez-vous dans 5 ans ? 10 ans ?
  5. Pourquoi désirez-vous quitter l’entreprise pour laquelle vous travaillez actuellement ?
  6. Que pouvez-vous nous offrir que quelqu’un d’autre ne puisse pas ?
  7. Pourquoi y a-t-il un temps mort entre ces deux emplois ?
  8. Nommez trois choses que vous devriez améliorer selon votre gestionnaire précédent
  9. Êtes-vous prêt à déménager ailleurs pour travailler ?
  10. Êtes-vous prêt à voyager pour votre emploi ?
  11. Parlez-moi d’une de vos réalisations dont vous êtes très fier
  12. Parlez-moi d’un moment où vous avez commis une erreur
  13. Quel serait l’emploi rêvé pour vous ?
  14. Comment avez-vous entendu parler de ce poste ?
  15. Que seriez-vous en mesure d’accomplir dans le premier 30/60/90 jours à ce poste ?
  16. Parlez-moi de votre CV
  17. Parlez-moi de votre formation
  18. Décrivez-vous
  19. Dites-moi de quelle manière vous avez réglé une situation difficile.
  20. Pourquoi devrais-je vous engager ?
  21. Pourquoi cherchez-vous un nouvel emploi ?
  22. Seriez-vous prêt à travailler durant des jours fériés ou des week-ends ?
  23. Comment vous prendriez-vous avec un client très fâché ou en colère ?
  24. Quelles sont vos attentes salariales ?
  25. Parlez-moi d’un moment où vous vous êtes surpassé pour un projet
  26. Qui sont nos compétiteurs ?
  27. Quel a été votre plus grand échec ?
  28. Qu’est-ce qui vous motive ?
  29. Quelle est votre disponibilité ?
  30. Qui est votre mentor ?
  31. Parlez-moi d’un moment où vous avez été en désaccord avec votre gestionnaire
  32. Comment êtes-vous sous pression ?
  33. Quel est le nom de notre CEO ?
  34. Quels sont vos objectifs de carrière ?
  35. Qu’est-ce qui vous motive à vous lever le matin ?
  36. Que dirait votre gestionnaire à propos de vous ?
  37. Quelles étaient les forces et les faiblesses de votre gestionnaire ?
  38. Si je contactais votre gestionnaire à l’instant et lui demandait ce que vous devez améliorer, que dirait-il (elle) ?
  39. Êtes-vous un meneur ou un suiveur ?
  40. Quel est le dernier livre que vous avez lu pour le plaisir ?
  41. Quelles sont les petites choses qui énervent vos collègues ?
  42. Quels sont vos loisirs ?
  43. Quel est votre site internet favori ?
  44. Qu’est-ce qui vous rend inconfortable ?
  45. Parlez-moi de certaines de vos expériences en tant que leader
  46. Comment vous y prendriez-vous pour licencier quelqu’un ?
  47. Qu’est-ce que vous aimez le plus et le moins concernant le travail dans cette industrie ?
  48. Travailleriez-vous plus de 40 heures par semaine ?
  49. Y a-t-il des questions que je ne vous ai pas posées ?
  50. Avez-vous des questions pour moi ?
11Août

La cinquantaine ! 5 questions qu’on se pose à son approche

Photo de Guillaume de Germain sur Unsplash


La cinquantaine, 5 questions qu’on se pose à son approche

1. Est-ce que je fais ce que j’aime ?

Qu’on se le dise honnêtement, il arrive qu’on ait choisi la sécurité au détriment de la passion. Les jeux sont faits, la vie a suivi son cours et on arrive bientôt à une nouvelle gare… celle de la cinquantaine. Objectivement, on sait en son for intérieur si on désire poursuivre sa route sans descendre du train ou si on veut mettre le pied sur le quai… pour imaginer une nouvelle destination. Le choix existe. Il est parfois trop tard, et ce, pour toutes sortes de raisons, mais on peut combler l’envie de changement par des loisirs près de nos passions.

2. Ai-je fait tout ce que je voulais faire avant mes 50 ans ?

Je vous arrête tout de suite ! 50 n’est qu’un nombre et certainement pas une fin en soi. Je vous accorde qu’un certain nombre de maux commencent à poindre et que plusieurs activités de la « bucket list » glissent vers l’inaccessible, mais tant d’autres demeurent à notre portée. Armé d’un peu plus de patience pour les apprentissages et les entraînements, presque rien d’impossible si la forme physique et la santé sont bonnes.

3. Combien de temps vivrai-je encore ?

Rien à faire ! Personne ne sait et c’est très bien comme ça. On peut regarder les moyennes de longévité, mais à quoi bon ? La vie ! C’est elle qu’il faut cultiver. Ralentir de temps à autre et observer silencieusement. Aimer son être et son avoir, oublier la longueur du temps et s’attarder à sa qualité. On jase, là…

4. Pourquoi ai-je parfois l’impression de ne pas compter autant qu’avant aux yeux des autres ?

Cela dépend de ce que vous créez dans votre vie. Tout vient des efforts que vous mettez à rester pertinent. De plus, il faut se garder informé ; évoluer avec la technologie et son utilisation, savoir naviguer… Aujourd’hui, tout passe par les réseaux sociaux. D’autre part, l’approche de la cinquantaine nous fait s’interroger sur ce besoin d’être au sommet en tout temps. On a envie d’aventure, oui, mais aussi de se permettre de contempler, de regarder les plus jeunes briller et de les admirer.

5. Où sont passées toutes ces années ?

En voilà une question ! Que ferez-vous avec le reste de votre vie ? Une bien meilleure, celle-là !

25Avr

L’intention compte plus que tout!

Photo de Raychan sur Unsplash


L’intention compte plus que tout

Tout le monde a entendu dire qu’avant d’atteindre des buts, il faut se fixer des objectifs. J’en ai une meilleure pour vous ! L’intention compte plus que tout. Tout ce beau discours sur le fait d’avoir des buts et de foncer sans relâche jusqu’à ce qu’on ait la langue à terre, ça ne mène pas toujours à des résultats parce qu’on est occupé à vivre le quotidien. En d’autres mots, on se bâtit de super plans et ça nous fait sourire. Ça nous rend pleins d’espoir, puis on se réveille 2 mois plus tard, le cœur lourd, en se rendant compte qu’on n’a même pas commencé à agir.

On gagne quand on se donne des intentions précises et qu’on se pardonne quand on n’atteint pas la perfection.

Je me suis dit qu’il devait y avoir des actions plus petites que des objectifs, des éléments qu’on inclut dans notre quotidien et qui donnent des résultats immédiats. C’est satisfaisant, des résultats immédiats. Ça fait grandir et ça donne de l’espoir. Il m’est alors revenu une phrase que j’entends toutes les fois que je vais au yoga. Tenez-vous bien, la voici : Donnez-vous une intention pour le cours d’aujourd’hui ; pas « Essayez de tout réussir à la fois », « Soyez le meilleur possible » ou « Donnez-vous un but ». Non ! Juste une intention simple. Et on ne surveille que celle-là. On peut choisir cette intention parmi les choses qu’on veut améliorer depuis longtemps et auxquelles on ne pense que le temps de le dire.

Personne ne peut choisir votre intention pour vous et la seule personne qui sait si vous avez réussi à la garder en place est vous.

Au début, ce n’est pas facile. On a la tête ailleurs, on n’y pense pas, mais quand on y pense, on remet l’intention en place et on recommence, sans arrêt, on se pardonne nos écarts et on recommence. OK. Des exemples simples ? Répondre avec gentillesse à tous ses interlocuteurs et ne pas les interrompre avant qu’ils n’aient fini de parler pendant une journée, quels qu’ils soient, surveiller sa posture quand on travaille durant tout un après-midi, garder l’intérieur de son véhicule propre pendant une semaine, fermer la télévision à 10h le soir pendant une semaine, etc. Une journée à la fois, une heure à la fois, ces actions génèrent des gains personnels réels dans nos relations avec les autres, dans notre santé physique et mentale, dans notre sens de la discipline.

Souvent, quand une action ou un processus nous rebute, c’est que nous manquons d’expertise ou d’information. Aller chercher de l’aide est positif et enrichissant, surtout si cela mène, ultimement, à l’atteinte de nos buts.

22Août

5 raisons qui font qu’on s’éparpille

Photo par Aron Visuals sur Unsplash


5 raisons qui font qu’on s’éparpille

Les temps qui courent — comprendre ici, la pandémie du COVID-19 — sont plus que déstabilisants pour tous. Par contre, la pause forcée que cet événement nous impose nous donne quelque chose de précieux : du temps. Pourquoi ne pas en profiter pour retaper votre CV ? Je vous parie que ça vous trotte dans la tête depuis un bout déjà… mais vous vous dites…

Je manque de temps. Je ne sais pas où il va, mais j’ai l’impression de n’accomplir que l’essentiel et de ne jamais toucher à mes projets personnels.

Tout le monde dispose du même nombre d’heures dans une journée, mais l’utilisation que chacun en fait varie énormément.

Voici, une liste de 5 raisons qui font que vous perdez du temps sans vous en rendre compte. Vous serez peut-être surpris du temps qu’on peut retrouver quand on regarde les faits bien en face.

La planif et la discipline. Ne partez pas sans elles.

La planification, c’est comme un régime alimentaire sain. Si on ne la suit pas, on ne peut pas s’attendre à des résultats positifs. En même temps, la planification, ça s’apprend. Trop serrée, elle devient stressante et trop lâche, elle n’a pas assez d’impact pour créer une différence.

Il n’y a rien de militaire à planifier une journée entière de temps à autre.

Cela implique qu’on se discipline en matière d’horaire et d’assiduité, mais immédiatement, on obtiendra un résultat tangible. Tout part d’une décision ferme de respecter ce qu’on a planifié et hop ! Résultats ! Il en va de même pour les projets personnels, quoique, par expérience, il est préférable, sans être obligatoire, de dédier des journées entières à ceux-ci. On peut alors se laisser emporter par sa créativité et son plaisir sans avoir à s’interrompre.

Les objectifs. Quand c’est clair, c’est clair !

Les voyages sans destination précise, c’est pour les vacances. Si on veut aller quelque part en particulier, on doit connaître le nom de la ville ou du lieu que l’on veut atteindre. Pareil pour les projets et les tâches. Il ne suffit pas de dire : « Il faudrait qu’on nettoie le garage ». C’est trop vague et ça tombe dans la catégorie du souhait. Un vrai objectif se dirait comme suit : « Mon objectif est que le garage soit propre dans exactement 2 semaines à partir d’aujourd’hui et je vais y mettre 2 heures par jour, les lundis, mercredis et samedis, jusqu’à ce que j’aie terminé. » On peut changer les journées par la suite, pourvu que le temps soit respecté.

Les distractions virtuelles. (tic, toc, tic, toc…)

Si vous êtes honnêtes, vraiment honnêtes, n’y a-t-il pas des moments où vous pourriez être productifs, même un tout petit peu, et que vous passez à surfer sur Facebook, Instagram, Pinterest, YouTube et autres ? Pour certains, la perte de temps est massive et tellement peu enrichissante en fin de compte. Posez-vous la question : « Si je mets bout à bout tous les moments où j’ai le nez collé à mon écran de téléphone, combien de temps ça fait ? » « Qu’est-ce que j’aurais pu faire d’autre ? »

De plussi vous ne contribuez pas à ces réseaux et que vous ne faites que les regarder, vous êtes spectateurs de la vie des autres, rien de plus.

Combien d’autres vidéos de bébés animaux adorables avez-vous besoin de regarder ? On ne parle pas ici de bannir les visites sur les réseaux sociaux, mais de les restreindre. À vous de découvrir votre degré de dépendance…

Les obligations

Elles sont là pour de bon, celle-là ! Par contre, il y a moyen de mieux les planifier, de les regrouper avantageusement, de ne pas les interrompre avec les éléments cités plus haut et de les espacer quand c’est possible. J’ai récemment décidé que je ne laverais le bain que toutes les deux semaines et… la planète tourne toujours ! La planification et la discipline interviennent à nouveau dans cet aspect de la vie, mais être un adulte, c’est ça.

La vie et ses imprévus

On peut la percevoir comme un train impossible à arrêter qui file à toute vitesse, ou choisir de faire des pauses et de débarquer (du train) ou du train-train… Les imprévus, il y en a et il y en aura toujours. Que fait-on alors ? On respire, on se sourit et on refait sa planification. Il est aussi préférable de se pardonner les moments de lâcheté occasionnelle ; les victoires et les résultats atteints sont encore plus glorieux quand on a su se discipliner.

Du même coup, je vous le dis, une personne décidée trouvera toujours moyen d’atteindre son but. Alors, si vous n’arrivez nulle part, il est certain que la fermeté de votre décision et votre degré d’engagement sont à examiner.

19Mai

5 choses dont vous aurez besoin quand vous commencerez à chercher un emploi

Photo par Agence Olloweb sur Unsplash


5 choses dont vous aurez besoin quand vous commencerez à chercher un emploi

Un temps d’arrêt et de réflexion

On dit qu’on doit reculer avant de sauter. Eh bien! Il faut s’accorder un moment de réflexion avant de se lancer dans une recherche d’emploi efficace. Non seulement pour absorber le choc de la perte de son emploi précédent, mais aussi pour s’interroger sur ce que nous aimerions vivre dans le futur. Quelques jours suffisent pour ralentir le tourbillon. Au-delà de ce temps, on pourrait se complaire dans l’inactivité.

Des conseils

On ne part pas à la guerre (façon de parler) les mains vides. Les armes efficaces pour chercher un emploi existent et nous empêchent de tourner en rond. Les experts en transition ou en gestion de carrière peuvent vous donner des conseils précieux en recherche, du coaching et des trucs de survie lors de cette période, disons-le, perturbante. L’argent que cela coûte est bien investi et il vous permettra d’arriver à vos fins avec l’aide d’un allié solide qui vous appuie à chaque étape.

Une attitude positive

Pour en revenir au temps d’arrêt, il sert de zone tampon entre le moment où vous avez perdu votre emploi et celui où vous en cherchez un nouveau. Rien n’est moins attirant pour un employeur qu’un candidat amer qui traîne encore son ressentiment pour la perte qu’il a subie. Une attitude calme, sereine et positive vous permettra de gagner du terrain, autant dans votre vie de tous les jours que lors de vos contacts avec des employeurs potentiels. La première impression est importante.

Un CV

Le CV est votre vie professionnelle sur papier ou dans un document électronique. S’il n’est pas bien étayé, vous n’avez pas de carte de visite. L’employeur ne sait pas que vous existez et encore moins ce dont vous êtes capable. Les services d’un expert en la matière peuvent vous procurer la certitude que le document qui parviendra à l’employeur, avant que vous ne le rencontriez, est représentatif de vous, de vos compétences et de votre valeur ajoutée. N’hésitez pas à vous faire aider, car quand on parle de première impression, le CV en fait partie.

Du coaching d’entrevue

Nous ne sommes pas tous nés sur une scène… Pour briller en entrevue, il faut avoir pratiqué un peu. Bien sûr, on peut se lancer rapidement sans filet, mais certaines questions risquent de vous laisser sans voix. Il est important de se sentir préparé, car le calme que cela procure améliorera le contrôle que vous aurez sur le contenu de vos réponses. Vous pourrez ainsi en dire juste assez sans bredouiller et répéter inutilement. Vous pourrez éliminer les tics de langage, les réponses mal ficelées et montrer l’aplomb d’une personne dont la démarche est sérieuse.

12Mar

Pourquoi réseauter?

Photo de HIVAN ARVIZU @soyhivan sur Unsplash


Pourquoi réseauter?

D’abord qu’est-ce que réseauter? Le mot réseau à lui seul explique le concept. Visualisez une route qui s’ouvre sur des centaines, voire des milliers d’autres routes.  Mieux encore, un arbre qui grandit en multipliant ses branches. En multipliant vos communications, soit avec des gens qui cherchent également un emploi ou avec d’autres gens, vous augmentez vos chances d’entendre parler d’emplois disponibles et de faire savoir que vous êtes en recherche. Par le fait même, vous pourrez faire part de vos découvertes de postes à d’autres personnes, car il s’agit bien d’un échange.

En participant à des blogs, en allant à des rencontres de réseautage en personne, vous étendrez votre réseau.  Au-delà du concept des ramifications pour la recherche d’emploi, le réseautage permet de créer des liens et de découvrir des gens intéressants. Ces rencontres vous informeront sur des sujets divers comme les expériences des autres, les formations que vous pourriez suivre, des ouvertures de postes, des avenues de carrière que vous n’aviez pas considérées (et qui vous comblerait peut-être davantage). Vous pourriez découvrir au cours de ces conversations, que le type de poste que vous convoitez ne vous convient finalement pas ou qu’une avenue différente vous siérait à merveille.

Réseauter, mais où?

LinkedIn est un outil de premier choix sur le net, mais voici également plusieurs endroits ou vous pouvez rencontrer des gens et passer votre message. Votre passé et votre présent regorgent d’associations et d’organisations au cœur desquelles vous pouvez vous faire connaître de toutes les manières. À travers vos enfants, vous êtes en contact avec d’autres parents (associations de parents d’élèves, petites ligues), les groupes de loisirs, les voisins, les associations professionnelles, les membres de clubs (sports, santé, etc.), les associations bénévoles, les membres de votre famille (de près ou de loin), les amis, les anciennes relations de travail, les clubs de travail communautaire, etc.  Beaucoup d’autres avenues de contacts sont possibles et il est nécessaire d’en faire une liste pour étendre son réseau au maximum.

Un réseau, ça s’entretient!

Évidemment, à l’ère des communications sous formes multiples, le réseau d’une personne peut s’étendre rapidement, mais il demande également un entretien régulier. Il est nécessaire de s’impliquer et d’être intègre dans son implication. En effet, un réseau dans lequel vous ne vous manifestez pas assez souvent finira pas s’éteindre, comme un feu que l’on n’alimente pas suffisamment.  Il ne s’agit pas non plus de solliciter les gens sans cesse, mais il existe des règles de base qu’un conseiller (ou une conseillère) en transition de carrière peut vous communiquer.  Il ou elle peut même vous suggérer des groupes de réseautage à joindre, soit en personne ou par le biais de l’Internet.

Réseauter, oui! Mais pas n’importe comment

C’est un travail qui demande une bonne structure.  Il est nécessaire de bien noter à qui l’on a parlé (littéralement prendre des notes), il faut noter de quoi l’on a parlé et il est important de faire un suivi à une date ultérieure. Donner des nouvelles des derniers développements quant à votre carrière d’ailleurs est une bonne raison pour reprendre contact. Les contacts (les gens à qui l’on parle) sont précieux, il est important de les respecter comme on veut l’être soi-même.  Sinon, les gens auront l’impression qu’on se sert d’eux et votre réputation en souffrira. Faites vos suivis, tenez vos promesses et donnez autant que vous recevez.

Mais avant tout

Le meilleur réseauteur (je viens d’inventer le mot, haha!) excelle à se présenter parce qu’il se connaît bien et qu’il sait exactement ce qu’il recherche. Il est capable de se présenter, selon les circonstances, en quelques secondes, quelques minutes ou lors d’une conversation plus longue. Rien n’est plus agréable qu’un interlocuteur qui a un sens précis de lui-même et de ses ambitions. Un conseiller ou une conseillère en transition de carrière peut vous aider à faire ce cheminement et à vous préparer à cette partie du travail de la recherche d’emploi. Évidemment, il est essentiel d’avoir un CV et une lettre de présentation prêts à être envoyés, car lorsque les occasions se présentent, il faut les saisir immédiatement, sans attendre!

Voici le lien LinkedIn de deux conseillères qui pourraient vous aider dans cette préparation :

09Fév

Chercher un emploi est un travail à temps plein!

Photo par Ilya Pavlov sur Unsplash


Chercher un emploi est un travail à temp plein!

J’ai tout mon temps!

Je n’ai pas à me lever tôt et à me rendre quelque part. Je peux y travailler plus tard ou demain. On peut se rassurer et se donner le temps qu’on veut, mais il faut assumer les conséquences de notre inactivité.  Comme je le mentionnais dans mon article « Ne pas attendre », un être non productif tend à devenir de moins en moins productif de jour en jour.

Comment gérer son temps?

Il n’y a pas de recette miraculeuse. Il est nécessaire de s’asseoir et de planifier ses journées en mettant l’accent sur la recherche.  Une fois que les outils (CV, lettre de présentation, retour sur les compétences d’entrevue, repérage d’affichages) sont en place, une routine de recherche peut être établie. Cette routine devra contenir de la recherche d’affichage, des postulats pour les emplois qui nous conviennent, des appels, des envois de CV et des déplacements pour des entrevues éventuelles.

Combien d’heures par jour?

Ce n’est pas une question d’heures, mais une question d’efficacité. Votre vie continue et vous avez besoin de prendre des pauses, de vous occuper de votre quotidien, de vous distraire et de refaire le plein. Des blocs de travail sont une avenue possible et recommandée. Par contre, dans les moments où vous devez vous occuper de votre vie en tant que telle, vous devrez surveiller vos courriels de manière assidue et évidemment, avoir votre téléphone près de vous. Nous sommes à l’ère de la communication sous toutes ses formes et il faut en tirer tous les avantages. Bonne recherche! 

09Fév

Préparez-vous! C’est parti!

Photo de Christin Hume sur Unsplash


Préparez-vous, c’est parti!

Si votre ancien employeur vous a offert un programme de transition de carrière avec une firme, il serait une bonne idée d’explorer cette option. C’est une occasion unique d’apprendre à chercher et de mieux se connaître. En effet, les firmes de transition de carrière sont expertes pour vous pourvoir de tous les outils dont vous aurez besoin pour chercher efficacement. Conseils de recherche, CV, lettres de présentation, préparation à l’entrevue, affichages cachés, stratégies de recherche, etc.

Par contre, si vous êtes laissé à vous-même, il vous faut faire une évaluation de ce que vous avez en main et aller rapidement chercher les ressources nécessaires pour avoir une recherche efficace et bien ciblée. Si vous n’avez pas les moyens de payer un ou une conseiller(ère) en transition de carrière pour guider vos pas, il vous faut à tout le moins un CV bien structuré, représentatif de vos objectifs et bien présenté. Une lettre de présentation adaptée à chaque postulat est de mise et en ayant recours aux services d’un ou d’une spécialiste en rédaction de CV, vous pourrez découvrir les meilleures formulations et les éléments à inclure pour vous démarquer.

L’Internet est un outil très pratique, mais il est nécessaire de faire le tri des éléments qu’on y trouve et d’accepter que certains affichages datent peut-être de quelques temps. Les postes affichés ont souvent déjà été pourvus. Les sites de compagnies ont souvent un onglet  « Carrière » ou « Offres d’emploi ». On y trouve parfois même des affichages de postes.

Mettez-y le temps maintenant. Vos efforts risquent de ne donner des résultats qu’au bout d’un certain temps. C’est parti!

Navigation des articles